Actualité
04 février, 2019

Étude de suivi de l’EIGE: « Estimation of girls at risk of female genital mutilation in the European Union »

Le dernier rapport de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) est paru en novembre 2018. Faisant suite à deux études menées dans six autres pays européens, il propose des chiffres sur la prévalence des risques d’excision par pays.

L’étude de suivi de l’EIGE analyse les États où vivent des personnes migrantes originaires de pays affichant un fort taux de mutilations génitales féminines MGF/E. Car cela soulève des questions spécifiques, notamment dans le domaine de l’asile.

Certes, les changements de valeurs et de comportement induits par la migration et l’exil réduisent le risque de subir également des MGF/E pour les filles de la deuxième génération. Pourtant, l’inégalité entre les sexes à la base de cette pratique reste profondément ancrée dans les communautés concernées.

Le rapport donne des recommandations et pistes d’action, promeut l’échange de best practices et rappelle l’importance d’intégrer les communautés concernées au travail de prévention, femmes et hommes confondus. En parallèle, il est nécessaire de dispenser de manière systématique des formations continues aux professionnel.le.s de santé, d’élaborer des offres spécialisées pour les femmes concernées et de sanctionner en cas d’infractions à l’interdiction des MGF/E au sein de l’UE.

 

Étude de suivi de l’EIGE: « Estimation of girls at risk of female genital mutilation in the European Union »

Documents/Liens